La Beauté Douloureuse de l’Impermanence

La fleur du cerisier tombe après sa courte belle floraison.

Elle flotte doucement vers la terre. Sa vie est finie, mais la limite de son existence est l’une des principales raisons qui font que la fleur est tellement magnifique. Si nous savions que la fleur durerait pour toujours, elle n’aurait pas la même beauté poignante, et nous la considérerions comme normale.

L’impermanence de la fleur, sa fugacité, son éphémérité — c’est pourquoi nous l’apprécions.

Nos vies sont de même courtes. Nous n’avons qu’un moment sur cette pierre, mais nous oublions que l’impermanence rend nos jours comme acquis. Nous gaspillons ces jours dans les activités inutiles de télévision, médias sociaux, jeux informatiques.

Si nous nous souvenons de l’impermanence da la vie, nous pouvons peut-être apprécier son passage doux avec autant de satisfaction comme une fleur de cerisier.

Impermanence et Souffrance

Notre lutte avec l’impermanence cause beaucoup, si ce n’est la totalité, de notre souffrance. Nous ne voulons pas que les choses changent, nous voulons que les choses soient comme nous le voulons. Et quand elles ne le sont pas, nous devenons stressés, frustrés, déçus, peinés, chagrinés, souhaitant que les choses soient différentes.

Mais si nous pouvions accepter cette impermanence, accepter la réalité de ce moment, l’accepter comme nous le faisons avec la fleur du cerisier?

Nous pourrions probablement être un peu plus en paix avec la réalité:

  • Le père de mon épouse est atteint de démence, et cela signifie le déclin douloureux de sa vie. C’est évidemment difficile pour ceux qui l’aiment d’entre nous, mais si nous pouvions apprécier la beauté de sa vie, et qui il est en ce moment, au lieu de lutter contre la perte de ce qu’il était?
  • Mon père est diabétique et souffre d’un déclin de santé, et cela est difficile à regarder pour moi et mes frères et sœurs. Mais si nous trouvions la beauté dans les moments que nous avons encore avec lui, et appréciions ce qu’il nous a déjà donnés?
  • J’ai un peu de graisse dans mon ventre, et quand je la vois, je souhaite parfois retrouver la maigreur de ma jeunesse. Et si, plutôt, je pouvais voir le vieillissement comme un rappel de l’impermanence de la vie, et réaliser que j’ai maintenant moins de temps que lorsque j’avais 19 ans, et me mettre à tirer le meilleur parti des moments qu’ils me restent?
  • Nous avons un fils qui passe à l’âge adulte, ce qui est difficile pour nous parce que c’est comme si nous perdons un enfant et il ira dans ce monde sans notre protection, exposé aux nombreux poignards et insultes du monde. Et si plutôt nous apprécions les moments que nous passons avec lui dans notre maison et acceptons le nouveau fils que nous avons, adulte et prêt à vivre une nouvelle vie?
  • J’ai un peu de travail auquel je résistais, pour diverses raisons, probablement parce que j’ai peur de ne pas savoir ce que je fais et pense qu’il décevra les gens. Mais je ne peux pas savoir ce que la vie apportera, et ne peux pas contrôler ce qui va venir. Tout ce que je peux faire, c’est apprécier ce moment, et m’efforcer à faire de mon mieux avec ce travail, et ne pas gaspiller le temps précieux qu’on ma accordé pour faire ce travail.
  • Il y’a des moments où je devenais frustré de ne pas se tenir à un plan, parce que oui, j’échoue à me tenir à des choses comme tout le monde. Mais c’est la vie — inattendue, incontrôlable, ne va pas selon un plan. Nous voulons contrôler les choses en planifiant et en se tenant à un plan, mais les changements de la vie et les plans ne parviennent pas à se conformer. Nous pouvons comprendre cette réalité incontrôlable en acceptant ce qui se passe, en aménageant, en saisissant un nouveau plan pour le moment et accepter que ce ne sera pas forcément comme nous le prévoyons.
  • Les changements inattendus viennent souvent à notre jour et causent la frustration. Une crise, un visiteur inattendu, un évènement imprévu. Nous pouvons résister à ces changements et être en colère, ou accepter que la vie est imprévisible, pleine de changements, et apprécions cette nature sans cesse changeante de la vie comme une partie de sa merveille.

Dans chacune de ces situations, l’impermanente, nature sans cesse changeante de la vie peut causer le stress, la frustration, la tristesse et la colère. Mais quand nous acceptons l’impermanence et travaillons avec, la vie peut être une joie, et nous pouvons apprécier la beauté douloureuse de cette existence temporaire.

Comme nous voyons la fleur tomber, nous nous voyons en elle, et nous sentons la gravité du moment.