La solution “Un Seul Sac” pour vivre léger

Au cours de l’année écoulée, et pendant les années avant ça, j’ai fait de nombreux voyages, et pour chacun de ces voyages, je suis toujours parti avec un seul petit sac.

J’adorais cette manière de vivre léger, mais à chaque retour à la maison, je me sentais mal à l’aise: d’un coup, je me retrouvais avec 10 fois plus d’affaires. Et ça ne collait pas avec mon style de vie léger et minimaliste.

C’est pour cela qu’après un voyage de 25 jours en Asie le mois dernier, je suis rentré chez moi en me donnant une mission: vivre au jour le jour avec le même contenu que mon sac de voyage.

Cela fait maintenant quelques semaines que j’ai commencé, et j’ai bien l’intention de continuer ainsi aussi longtemps que ça me satisfera. J’appelle ça ma solution “Un seul sac au quotidien”. Bien qu’elle ne soit pas adaptée à tout le monde, et qu’elle ne me rende pas meilleur que n’importe qui d’autre, je l’apprécie vraiment beaucoup.

Soyons tout à fait clair, je possède bien plus d’objets que mon sac peut accueillir: du mobilier, un iMac, des outils, quelques livres dont je n’arrive décidemment pas à me débarrasser (une dizaine au total). Mais en ce qui concerne les habits et autres objets personnels, j’ai tout emballé et je n’utilise que ce qui rentre réellement dans mon sac à dos de 21 litres.

Je ne m’attend pas à ce que tout le monde veuille faire ça, mais dans le cas où vous seriez intéressé, je me suis dis que je pourrais vous en dire un peu plus sur ce que je fais, et sur pourquoi je le fais.

Le Sac

J’ai passé cette année à pré tester un sac à dos extraordinaire, le Minaal Daily. Ça fait environ 6 mois aujourd’hui, et je l’adore. Ce n’est pas le moins cher des sacs, mais si vous tenez à de la qualité et que vous chercher à vivre vraiment avec votre sac, alors il vous faut quelque chose de solide. Si ça vous intéresse, n’attendez pas pour vous en offrir un, car ils viennent de lancer une campagne Kickstarter pour lui. Les créateurs à l’origine de ce sac sont des bons amis à moi, et ce sont de chouettes types.

J’ai bringuebalé ce sac pendant 28 jours à travers l’Europe l’été dernier, avec Eva et les enfants. Je l’ai trainé jusqu’à Melbourne pour un festival d’écrivains. Je l’ai amené à San Francisco, Portland, Tokyo. Bref, et partout à travers l’Asie, en avion, en train, à pied à travers les rue de Hanoi, Hoi An, Saigon, Bangkok, Chiang Mai. Je le prends avec moi quand je vais en vélo à l’épicerie.

En gros, il est génial, et je ne pense pas en acheter un autre avant plusieurs années.

Réduire et trier pour que ça rentre dans le sac

Ça fait déjà des années que je voyage avec un seul sac, donc j’arrive facilement à faire tenir ce qu’il me faut pour un voyage dans un sac de moins de 20 litres (mon plus petit faisait 15 litres). Avec le temps, j’ai progressivement réduit ce qu’il me fallait pour voyager afin de tout faire rentrer dans un petit contenant:

• Je porte sur moi un pantalon et un t-shirt avec lesquels je peux également faire de l’exercice, et des chaussures qui sont confortables quand il s’agit de marcher longtemps.
• Les habits dans le sac: un short de sport, un t-shirt de sport, quelques paires de chaussettes, quelques sous-vêtements, un sweat-shirt à capuche léger, un k-way léger.
• Les gadgets: j’emmène mon MacBook Air 11-pouces, mon IPhone 5, un adaptateur de voyage et mes chargeurs.
• Toilette: brosse à dent, dentifrice, déodorant, fil dentaire, coupe-ongle, rasoir, une petite tondeuse électrique (pour mon crâne rasé), des bouchons d’oreilles, un masque pour les yeux.
• Divers: mon passeport, un carnet, un stylo et des mouchoirs.

Je ne prends pas avec moi de chaussures de sport, ou encore ma Kindle, des livres, des habits en plus, des habits élégants ou des snacks. Alors bien sûr, ça ne conviendra pas à tout le monde, mais j’ai pour ma part réussi à simplifier au maximum ce que je fais quand je suis en voyage, afin de n’avoir besoin de rien d’autre que ce qui est listé.

Je lave mes habits dans l’évier ou dans la douche quand je voyage, et ce tous les jours. Ça me prend environ 3 minutes, et ça vaut vraiment la peine car ça signifie que je n’ai pas à trimballer tous pleins d’habits. Je fais du sport avec des exercices au poids du corps ou en marchant, donc mes besoins pour rester en bonne santé sont plutôt légers. Je vois les autres voyageurs trainer leurs valises ou leurs gros sacs de voyages. Je les vois attendre d’enregistrer leurs bagages, et je me dis que même avec ses désavantages, un style de vie léger vaut vraiment le coup pour moi. Je peux me balader du matin au soir dans n’importe quelle ville étrangère sans jamais me fatiguer du poids de mon sac sur mon dos.

Emballer mes affaires chez moi

Quand je suis rentré à la maison il y a quelques semaines, j’ai retrouvé ce gros carton avec à peu près tous mes effets personnels dedans. Comme ça, si j’ai vraiment besoin de quelque chose, j’y ai toujours accès, mais au moins je peux essayer de voir ce que ça fait de vivre sans.

J’ai tout de même fais quelques concessions:

• J’ai des chaussures de sports
• J’ai un short de sport en plus, et des chaussettes et chaussures de secours
• Encore une fois, je ne me suis pas débarrassé de tous mes livres. La plupart je m’en suis bien débarrassé, mais j’en ai conservé une dizaine que je prévois de lire au cours des 6 prochains mois (on croise les doigts). Si je ne les ai pas lu pendant ces 6 mois, je vais (non sans douleur) devoir m’en débarrasser.
• J’ai de la vaisselle – Je me limite à un bol, une cuillère, une fourchette, un verre à eau, une tasse à café/thé. Mais on en a tout de même davantage pour Eva et les enfants.
• Encore une fois, j’ai toujours du mobilier, un iMac, des outils et d’autres choses partagées. Et nous avons également une voiture depuis que nous nous sommes installé à Davis l’année dernière.

En règle général, je lave mes habits à la main, dans l’évier ou la douche. Soit je lave un sous-vêtement ou un t-shirt ou un short chaque jour, soit j’attends quelques jours pour laver une plus grande quantité – à la main toujours.

Je risque d’avoir besoin de quelques petites choses en plus avec l’hiver qui approche. Ce n’est pas un problème, je n’essaie pas de me faire souffrir, j’essaie juste de vivre léger.

Les coûts et les bénéfices

À part le fait de devoir laver mes habits plus régulièrement qu’avant, ce qui ne me prend en réalité que quelques minutes, je n’ai pas encore remarqué d’autres gros coûts liés à cette solution. On verra bien tout au long de cette expérience. Je ne revendique pas de vivre comme ça pour toujours, je suis surtout en train de tester tout ça.

Les bénéfices sont subtils: je me sens plus léger, je n’ai pas pleins d’affaires dont je dois m’occuper, que je dois laver, que je dois organiser. Je n’ai pas de choix à faire sur ce que je vais porter chaque matin (je porte la même chose tous les jours). En résumé, je me prend moins la tête, surtout sur cette partie de ma vie, et ça me permet de me concentrer sur les choses qui me sont chères: ma femme et mes enfants, mes écrits, courir et faire du sport, méditer, lire, manger sain et végétalien. Je n’ai que ça en tête ces derniers jours, et jusque là j’adore!

Autres sujets