Comment Croire en Vous

Il y’avait longtemps où le manque de confiance en moi était un facteur majeur dans ma vie.

Je n’ai pas poursuivi une carrière idéale, ou commencé mon propre business, parce que je n’ai pas pensé que je le pouvais.  Je ne me suis pas tenu aux habitudes parce que je n’ai pas vraiment cru que j’avais la discipline. J’étais timide avec les filles,  j’avais du mal à me faire de nouveaux amis, je ne me suis pas affirmé dans le lieu de travail. Je ne suis pas allé au-delà de ma zone de confort.

Tout cela parce que je n’ai pas vraiment cru que je le pouvais.

Bien que je ne sois pas libre de doute de soi ces jours, je peux honnêtement dire que je crois en moi comme jamais auparavant. Cela ne signifie pas que je pense que je ne vais jamais échouer ou abandonner: je le ferai. Probablement souvent.

Et c’est OK.

Le truc, c’est que j’ai appris que c’est tout à fait bien d’essayer et échouer, de vous mettre là-bas et ne pas être parfaits, de dire bonjour à quelqu’un et ne pas vous faire aimer instantanément, de créer quelque chose et vous faire juger par les gens.

L’échec, ne pas être parfaits, les erreurs, ne pas avoir le consentement des gens, ne pas être complètement acceptés: ce ne sont pas des choses négatives. Ce sont des choses positives.

Comment l’échec est-il positif? C’est la seule façon dont nous apprenons vraiment. Par exemple: vous pouvez lire un livre sur les maths, mais jusqu’à ce que vous l’essayez et échouez, vous ne verrez jamais où est votre manque de compréhension. La meilleure façon d’apprendre quelque chose est de l’étudier un peu, puis l’essayer, passer des tests pratiques, faire des erreurs, puis apprendre un peu plus.

Comment les erreurs sont-elles positives? Ce sont de petits morceaux de rétroaction nécessaires pour grandir et apprendre.

Comment être rejeté est-il positif?  Cela signifie que je grandis au-delà du monde tout à fait socialement acceptable. Les meilleures personnes de l’histoire n’étaient pas socialement acceptables: les diseurs de vérité comme Socrates, Jesus, Ghandi, Proudhon et Bakunin, Martin Luther King Jr., le philosophe des droits des animaux Peter Singer, le pionnier de la non-scolarisation John Holt, les activistes des droits de femmes, les abolitionnistes, et d’autres.

Ces choses desquelles nous avons peur — elles sont en fait désirables. Nous devons apprendre à les voir de cette façon, les embrasser, laisser tomber la peur.

Quand nous pouvons devenir mieux en ça — ce qui nécessite beaucoup de pratique — nous pouvons éliminer les choses qui nous retiennent.

Ainsi, pratiquez:

  • Allez au-delà de votre inconfort, faisant croître votre méthode d’inconfort.
  • Mettez-vous là-bas, et soyez OK avec le fait de ne pas savoir si les gens vous accepteront.
  • Tenez-vous à une habitude, et non écouter le monologue intérieur négatif qui vous retient.
  • Tenez-vous y un peu plus, et apprenez à vous faire confiance.
  • Lancez-vous dans des situations inconnues, et apprenez à être OK avec cela.
  • Apprenez à travers les tentatives répétées que c’est OK d’échouer, que vous pouvez être OK dans l’échec.
  • Apprenez à travers les expériences répétées que vous êtes plus forts que vous ne le pensez, que vous êtes plus capables et plus tolérants envers l’inconfort que vous ne le pensez.

Et dans cette pratique, vous trouverez vous-même. Et réalisez que vous étiez toujours grands.