La peur est la raison pour laquelle nous avons tant de choses

Alors que nous pourrions nous débarrasser de la montagne de possessions que nous avons, et avons les meilleures intentions de simplifier nos vies … en vérité nous continuons à avoir trop de choses.

La paresse en fait partie, une attitude de “Je le ferai plus tard”… mais la réelle force motrice de notre excès-de-possession est la peur.

La peur est ce qui nous fait acheter des choses dont nous n’avons pas réellement besoin. La peur nous attache à des choses dont nous n’avons pas besoin.

Considérez :

  • Vous emporter beaucoup trop quand vous voyagez, et avez un garage remplit de choses, juste au cas où vous pourriez en avoir besoin. C’est la peur que vous puissiez avoir besoin de quelque chose et ne pas l’avoir. C’est la peur causée par le manque de sureté et de certitude.
  • Vous achetez beaucoup de chose pour un événement à venir ou un voyage parce que vous ne savez pas ce dont vous pourriez avoir besoin. Votre crainte c’est de ne pas être préparé. Encore une fois, C’est la peur causée par le manque de sureté et de certitude.
  • Vous vous accrochez à des choses que vous n’utilisez même plus parce que vous vous dites que vous pourriez en avoir besoin un jour. Vous n’en aurez surement plus besoin, mais vous n’êtes pas réellement sûr. Encore une fois, C’est la peur causée par le manque de sureté et de certitude.
  • Vous gardez des livres et d’autres articles ambitieux (une guitare que vous n’avez jamais appris à jouer, une machine elliptique que vous n’utilisez pas) parce que vous espérez qu’un jour vous allez vous y mettre, et laisser tomber serait comme perdre espoir. Vous craignez de ne pas être la personne que vous voulez devenir. C’est la peur de ne pas être assez bien tel que vous êtes.
  • Vous vous accrochez à des objets de valeur sentimentale, parce que vous ne voulez pas perdre les souvenirs, ou bien ils représentent beaucoup pour vous. En fait, vous avez peur de perdre l’amour ou la relation que ces objets représentent (Le manteau de votre grand-père représente votre lien d’affection pour lui). Vous craignez la perte de l’amour. C’est la crainte que l’amour que vous avez en ce moment ne soit pas assez bien.
  • Vous ne voulez pas vous débarrasser de certaines choses parce que vous avez payé beaucoup pour ces choses, et vous craignez que les jeter soit du gaspillage. En réalité, si vous ne les utilisez pas, cela ne sert à rien de les garder. Il est dur de dire que la peur est là… vous craignez probablement que le premier achat soit une erreur, et que les choses n’aillent pas bien dans le futur. C’est la crainte de penser que le moment présent ne finisse pas bien, ou encore, une peur liée à l’incertitude.
  • Vous gardez beaucoup de vêtements (ou autres articles similaires) parce qu’ils représentent pour vous une façon de vous exprimer vous-même… Et vous débarrasser de plusieurs de ces vêtements signifierai pour vous de devoir limiter votre propre moyen de vous exprimer vous-même. Vous craignez de ne pas avoir ces options, de ne pas pouvoir être qui vous voulez être. C’est la crainte de penser que vous n’êtes pas assez bien tel que vous êtes sans ces choses.

Je pourrais continuer, mais presque tous vos biens n’étant point des nécessités absolues (logement, lit, vêtements vraiment nécessaires, la nourriture, les affaires personnelles, etc.) sont achetés et conservés à cause de la peur.

Nous recherchons ces choses pour nous réconforter, pour nous aider à affronter nos peurs et nos anxiétés, pour nous aider à nous sentir préparé et plus en sécurité, pour nous aider à nous dire que tout ira bien, mieux nous rassurer pour le futur.

Et bien sûr, en réalité ces possessions ne font ressentir aucune de ces choses. Nous espérons qu’elles le fassent, mais elles ne le font jamais. Nous n’avons toujours pas de certitude pour le futur, et nous continuons de vouloir plus de ces choses pour affronter les craintes comme quoi vous n’êtes pas assez bien, que les choses n’iront pas bien, et ainsi de suite. Le cycle ne finit pas.

Quelle est donc la solution?

Une meilleure façon d’affronter les craintes

Si nous pouvions trouver une autre façon de faire face à ces peurs et ces angoisses, nous n’aurions pas besoin de ces choses. Nous pourrions nous arrêter un instant avant d’acheter quelque chose en éloignant la peur, et décider de ne pas l’acheter. Nous pourrions enfin nous débarrasser de la plupart des choses sur lesquelles nous nous sommes affalés prenant notre espace et notre énergie mentale. Nous pourrions réduire l’effectif, et vivre une vie plus minimaliste.

Quel est donc l’autre moyen de combattre ces craintes ? Essayez ceci :

  1. Tout d’abord admettez que vous avez peur. Notez que vous êtes motivé par la peur. Notez qu’il ya une certaine anxiété, une certaine inquiétude à propos de l’incertitude et de l’insécurité, un désir pour le confort.
  2. Restez avec la peur. Nous avons tendance à fuir la peur, pour essayer de chercher du réconfort en achetant quelque chose ou de manger des aliments de réconfort ou de faire quelque chose de relaxant. Fuir la peur est ce qui provoque beaucoup de nos problèmes. Restez, restez assis, face à la peur, respirez. Trouver le courage d’aller dans les endroits où nous avons peur.
  3. Souriez à la peur. Faites face à cette peur et et souriez lui. La peur est juste un enfant effrayé en vous, non à fuir, non pour vous bouleverser. C’est totalement normal, parfaitement naturel, pour les craintes de nous habiter. Acceptez cette peur en face de vous, et souriez-lui. Ce sourire dissipe une grande partie de son pouvoir.
  4. Développez une amitié avec elle. Soyez ouvert et curieux à votre peur, voyez comment elle se sent dans votre corps, quelle est sa qualité? Enquêtez avec sympathie, apprenez à la connaître comme un nouvel ami. Une fois que vous apprenez vraiment ce que cette peur incarne, commencez inconditionnellement à devenir ami(e) avec elle, vous commencerez à croire que vous irez bien, qu’elle va flotter loin finalement comme un nuage dans la grande étendue ouverte du ciel de votre esprit.

Amis avec cette peur, vous pouvez maintenant décider de comment agir, non manipulé par la nécessité d’atténuer la peur avec les possessions. Vous pouvez fermer l’onglet de votre site d’achat en ligne préféré, vous pouvez le mettre sur une liste à regarder plus tard dans 30 jours, quand l’envie a disparu et que la peur n’est plus avec vous. Vous pouvez lâcher les possessions, vous libérant enfin de ce fardeau.

Et à la fin, vous verrez que vous êtes parfaitement bien tel que vous êtes, sans avoir à changer, sans avoir besoin d « exprimer » qui vous êtes ou vous améliorer. Et ça vaut plus que toutes les possessions du monde.

Autres sujets